Raconte-moi un livre : Vingt mille lieues sous les mers

Bonjour à toutes et à tous.

J’espère que vous allez bien. Moi je reviens à l’instant d’un voyage sous les eaux… oui vous avez bien lu, j’étais sous l’eau. Dans le vaisseau du capitaine Nemo pour être plus précis. Alors oui pour ceux qui n’auraient pas lu le titre de l’article, nous allons parler du roman phare de Jules Verne Vingt mille lieues sous les mers lu par Damien Genevois.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire (ou plus probable pour ceux qui auraient oublié), ce roman conte les aventures d’un scientifique français et de son assistant au nom si personnel (conseil pour ne pas le nommer) et de Ned Land, un harponneur canadien à bord du premier sous-marin au monde, celui du mystérieux et puissant capitaine Nemo. Sachant qu’au départ ils étaient censés chasser la baleine (oui vous comprendrez en lisant). À bord de cet engin surprenant, ils découvriront les fonds marins de l’époque, magistralement décrit et avec minutie par notre auteur de science-fiction préféré (non pas Philip K. Dick). Outre des paysages fabuleux, les secrets de Nemo se dévoileront très lentement au fil du récit. La confiance n’est en réalité pas suffisante envers ses trois… invités.

Damien Genevois est un très bon narrateur. On rentre tout de suite dans le livre et on ne peut que s’accrocher à la bouée qu’il représente. On distingue très facilement les personnages et on ressent à quel point il est impliqué dans sa lecture. Attendez-vous à des nuits blanches. Alors oui, il y a quand même quelques défauts. Le tout premier c’est qu’il ne donne jamais le titre du roman, contrairement à la majorité des livres audios que j’ai écouté. C’est assez déroutant. Si vous sortez de l’histoire ensuite ce sera certainement parce qu’on sent bien qu’il lit dans une pièce pas suffisamment insonorisée. Mais ce n’est pas très dérangeant ça donne un style éloigné qui le rend unique (tout comme Vincent de l’Epine, le narrateur de L’Île au Trésor, est reconnaissable à sa manière lente de lire comme s’il était à notre chevet).

Un autre « souci », si l’on peut dire, c’est qu’il n’y a aucune ambiance sonore. Dommage ? Pas tant que ça. Cela participe au style et permet de se concentrer davantage sur le narrateur.

Si vous vouliez un autre argument pour lire cette histoire : c’est que le temps passe vite avec ce roman, malgré ses quinze heures d’écoute.

Ah, au fait, si vous vous demandiez en écoutant, ce roman a été lu en juin 2008. Étonnant n’est-ce pas ? Le son est bien meilleur que la majorité des sagas MP3 de l’époque.

Vous pourrez (ou plutôt devrez) donc écouter et télécharger Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne par ici:

www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/verne-jules-vingt-mille-lieues-sous-les-mers.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.