Présentation de saga : 404

      Bonjour, bonsoir à tous ! Ici Draignaell qui se retrouve seul histoire de changer les bonnes vieilles habitudes ! C’est une nouvelle bouteille à la mer. Je suis bien sur le sol de la Terre mais je suis seul. Je me suis réveillé, à 13h (ne me jugez pas trop s’il vous plaît) et il n’y avait… personne ? Pourtant j’ai cherché, je suis sorti… Il y a toujours de la circulation en plus sur la route près de chez moi… mais là, non… rien.
Du coup j’essaie d’écrire voir si j’aurais des réponses… Et… Hm, je peux pas m’empêcher de rire. Ça me rappelle une saga.

      404 – à ne pas confondre avec Erreur 404 de Seranandre et Eliumbra que l’un de mes collègue a déjà abordé – est une fiction d’anticipation collaborative à l’initiative de Phil Goud, avec la participation de Picaboubx, François TJP, Quenton, Walter Proof et Redscape plus tardivement. Elle a duré du 21 au 27 Avril 2016 et représente près de 2h04 d’audio… Mais… qu’est-ce qu’une fiction collaborative me demanderez-vous ? (Hm… je parle déjà seul me voilà foutu… mais BREF !) C’est ici une sorte de jeu de rôle, de rôle play, où chacun ajoute sa pierre à l’édifice en fonction des épisodes précédents.

 

       La saga commence simplement, Phil Goud attrape tout juste son micro pour nous raconter sa journée, débutant de manière des plus banale : réveil, petit-dej’, douche, aller au travail, bonjour aux collègues et c’est parti pour bosser ! Vers 13h30, il s’offre une petite pause de cinq minutes, cependant, il se rend compte que pendant ce laps de temps, tout le monde a disparu ! (sparu) Que ce soit au travail, ou le jeu multi-joueur qu’il allume avant la fin de sa pause. Plus personne.
Une première personne lui répond, il s’agit de Picaboubx. Il a vécu la même chose. Il est seul avec son chat. Plus une seule personne chez lui non plus. Phil se met bien vite en tête l’idée de le rejoindre.
C’est ensuite au tour de François TJP d’envoyer des signes de vie, lui aussi seul avec son chat dans son habitation parisienne, sa copine a disparu, comme tout le monde autour.
Bien vite, les témoignages de Walter, puis de Quenton arrivent à leur tour, s’efforçant d’y croire alors que tout leur parait fou.
Il semble qu’ils ne soient plus que cinq dans le monde. Eux et ces chats qui ont des comportements si étranges…

      Au niveau réalisation… je ne peux pas en dire grand chose. Ce n’est pas pour autant un point négatif. En effet, à part quelques pointes d’un sound design minimaliste, pas grand chose de plus que les voix de ces podcasteurs, souvent enregistrées avec de bons micros, toutefois, on remarque également que le matériel d’enregistrement est parfois plus archaïque (micro de téléphone, etc… ) ce qui est, mine de rien, bénéfique pour l’immersion. De même, ce qui va sans doute en ce sens, ce sont nos acteurs. Chacun d’entre eux arrive à être crédible, chacun y croit et aucun d’entre eux ne sort de la fiction à aucun moment. Tous sont role-play, ils jouent leur propre rôle, témoignant à partir de bouts de vie réels, se répondant au fil des messages. Que ce soit lors de ces enregistrements, ou même sur Twitter durant la semaine qu’a duré la fiction, tous jouaient le jeu. D’ailleurs sur le réseau social, pour d’obscurs raisons, seuls les smileys passaient, que ceux-ci concernent la publication des épisodes : https://twitter.com/Phil_Goud/status/723202451311079424 ou lorsqu’ils discutaient entre eux : https://twitter.com/picaboubx/status/724648725608583172 https://twitter.com/FrancoisTJP/status/723924693342924800 https://twitter.com/r_redscape/status/725415298548031488 tous participaient !
(Rassurez-vous, si vous n’avez pas écouté la fiction, aucun risque de spoil !)
Allez, soyons au maximum objectif. Une écoute à la suite ainsi peut donner des impressions de longueur – j’ai même carrément décroché à de rares instants – mais cela n’est pas surprenant au vue du format, et même en cas de décrochage, le tout reste majoritairement compréhensif.

 

      Petite anecdote personnelle : la première fois que j’ai écouté la fiction – au lendemain de sa fin – Je me trouvais seul chez moi, avec le chat de ma sœur pour toute compagnie. Ça aide à l’immersion et c’est un peu flippant, je recommande !

 

      Bon, je crois que cet article est fini. Si quelqu’un le lit j’espère que vous irez écouter le saga pour tuer le temps, principalement par ici : http://404.lepodcast.fr/ ou là : https://podcloud.fr/podcast/404. Bien que vue les conditions… si vous aussi êtes seul là où vous êtes, cela risque assez de vous faire peur…

      Bref, je m’en vais arpenter de nouveau la rédaction en espérant y voir arriver des gens… Et je vous dis à dans deux semaines, si… je suis toujours en vie.

 

C’était Draignaell,
Qui espère ne pas être en train de sombrer dans la folie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.