Le vieux baladeur n°24 : U-666

« – Mon engin est impressionnant, n’est-ce pas ?
– Vous êtes qui, vous ?
– Je m’appelle Cepteur. Lecon Cepteur. »
U-666 – Épisode 0

En préambule, et de façon tout à fait prévisible, permettez-moi de vous souhaiter, cher lecteurs et lectrices, une très bonne année 2017. Et même si l’année sagasphérique commence plutôt mal avec la fin de carrière d’un pilier de la sagasphère, en la personne d’Aslag, rassurez-vous, votre cher Vieux Baladeur est toujours là pour vous rappeler qu’en des temps ancien, d’autres créateurs majeurs nous ont éblouis de leurs prouesses et qu’il était inenvisageable d’imaginer la sagasphère sans eux. Mais eux-aussi ont fini par se lasser et ont fait leurs adieux à la scène et une fois passé le déchirant moment des adieux, on a fait notre deuil et la vie a continué, parce que la sagasphère continue d’attirer des talents incroyables qui continuent de renouveler cet art merveilleux.

Mais assez parlé du futur prometteur, revenons au passé mort et enterré. Aujourd’hui, nous allons aborder une saga oubliée d’un créateur qui ne l’est pas encore. En outre, si son écriture n’est pas des plus originale, sont sujet l’est bien plus, puisqu’il n’y a, à ma connaissance, que 2 sagas sur le sujet. Cher lecteurs et lectrices, découvrons ensemble U-666, par The Darker (ou Al).

 

     Analyse de la saga

     U-666 est une saga mp3 humoristique en six épisodes et une bande-annonce sortie à partir de 2006 et achevée en 2007. L’histoire se déroule durant la Seconde Guerre Mondiale, du point de vue de l’armée des USA. Alors qu’il se préparait à passer un week-end en agréable compagnie, le capitaine Ass Hole est rappelé par son supérieur. En effet, en pleine guerre mondiale, les sous-marins allemands rôdent et il est le seul à pouvoir les intercepter. Pour cela, on lui confie le commandement d’un sous-marin dernier cri et d’un nouvel équipage. Mais quand il s’aperçoit que son sous-marin est à peine terminé, entièrement peint en jaune et que son équipage n’est pas des plus qualifié, il réalise qu’il aurait vraiment dû rester en week-end.

Cette saga s’adresse avant tout aux fans, moi inclut, de la saga Les aventuriers du Châteaux de Morenbach, la saga principale de The Darkers, qui a un style très similaire. Pour résumer, à l’attention celles et ceux d’entre vous qui n’auraient jamais entendu parler de cette saga, ce style se caractérise par une réalisation assez sommaire, notamment avec l’usage de bruitages répétitifs, mais avec un humour basé sur les sous-entendus et la violence qui rend l’histoire assez jouissive à suivre. L’histoire met en scène l’équipage au cours des différents aléas de la vie en sous-marin mais sert principalement de prétexte à enchaîner les gags. Mais point de jugement de valeur de ma part, la saga est très drôle et n’a jamais prétendu essayer de faire autre chose.

En effet, tous les personnages de cette saga sont absolument cultes. Ma préférence va sans aucun doute au Concepteur du sous-marin, qui ne peut s’empêcher de faire des insinuations graveleuses (dans toutes les phrases, sans exception) et qui se réfère toujours à sa création en l’appelant « Mon engin », ce qui décuple le potentiel grivois. À cela s’ajoute les Allemands et leurs blagues sur la bière, le troisième classe et ses problèmes de nettoyages (de toilettes notamment…), Bitten Blossom et ses histoires de chèvres (sans oublier ses improvisation à la guitare et au chant, qui vont vous… non en fait il faut que vous écoutiez pour comprendre)… Oui, c’est légèrement bas du front, mais il en faut pour tout les goût et quand c’est très bien fait comme c’est le cas ici, c’est très agréable et très drôle. Et même si l’histoire n’apport pas beaucoup de développement, elle reste plaisante à suivre et est même assez originale quand le dénouement final arrive.

 

     Cote de rareté : Introuvable

Là mes chers lecteurs et lectrices, on s’attaque à du lourd. La saga a plus de 10 ans et n’est plus disponible sur le site web du créateur depuis plusieurs années, créateur qui s’est lui-même retiré du monde de la saga mp3 depuis un certain temps. Autant dire qu’avoir pu écouter cette saga vous placera sans nul doute dans le cercle fermé des esthètes de la fiction sonore .

Vous pourrez retrouver les épisodes de U-666 via ce lien ainsi que jeter un œil au site internet de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.