La quinte juste n°23 : Amarok

Bonjour / bonsoir et bienvenue à toutes et à tous pour ce nouveau numéro de La Quinte Juste. Eh oui je ne suis pas mort (pas encore), je suis sorti vivant de mes examens et autres soutenances ; effectivement, l’absence de cette chronique pendant les 2 dernières semaines était due à cela. Mais je suis dorénavant de retour, et pour preuve de ma bonne foi je vais vous présenter un album monopiste, comme The Whirlwind dont on avait parlé dans un des premiers numéros (la tempête, tout ça… que de souvenirs). En effet, ce soir je vais vous parler de Amarok par Mike Oldfield.

 

Comme je vous l’ai dit, Amarok est un album monopiste, ça veut dire qu’il ne comporte qu’une seule pièce, mais n’est pas considéré comme un single. Cette pièce dure 62 minutes (presque rien en somme), et suit un concept abstrait que je trouve assez amusant et instructif. Cependant, pour le comprendre, un peu d’histoire s’impose, histoire de remettre les choses dans leur contexte.

Mike Oldfield c’est le type qui a composé Tubular Bells, la musique qui a été utilisée dans “The Exorcist”, mais évidemment à la base elle ne fut pas du tout écrite pour ce film. À l’époque, ce genre de pièce était assez peu répandu, et pourtant les gens de chez Virgin Records ont reconnu le potentiel de l’artiste, et en quelques temps Tubular Bells devint assez populaire.

Ceci permit à Mike Oldfield de continuer dans ce style ; en effet ses premiers albums étaient construits selon le même schéma : une longue pièce symphonique et progressive, très riche, coupée en 2 ou 4 parties. Cependant, Virgin se rendit très vite compte que ce format n’était pas très accessible pour l’auditeur lambda, et petit à petit ils demandèrent à Mike Oldfield d’écrire des pièces plus courtes et plus “commerciales”. Ses albums perdirent donc leur format original, et devinrent plus communs, certains estiment que la qualité musicale en pâtit un peu aussi. Puis chaque année, Virgin limitait encore un peu plus la créativité et l’originalité de Oldfield, toujours dans cette optique de rendre les albums plus accessibles (en vendre plus pour avoir plus d’ARGENT), si bien qu’un jour Mike Oldfield en eu assez, et décida d’écrire Amarok, une pièce dont le concept était simplement de casser les pieds à Virgin Records, tout en plaisant aux fans. Si ça c’est pas le meilleur concept d’album de tous les temps !

 

Pour exprimer son mécontentement vis-à-vis de sa production, Oldfield eut recours à plusieurs éléments. Le premier était déjà d’écrire une longue pièce selon le format de ses premiers albums, que Virgin considérait comme peu accessible ; et histoire de leur donner raison, Amarok n’est même pas découpée en plusieurs parties comme les autres. Les autres éléments employés sont pour la plupart empruntés au rock progressif et expérimental, voire avant-gardiste, styles de musique que l’on considérait comme peu commerciaux. On a donc beaucoup de changements de rythmes, de très nombreux instruments différents, une utilisation constante de bruitages, des parties arythmiques, et aussi des DIFFÉRENCES DE VOLUME poussées à l’extrême.

On notera aussi quelques messages cachés destinés à la production, notamment des sons de Oldfield se brossant les dents après avoir pris son petit déjeuner, histoire de montrer qu’il ne dépend de personne et qu’il fait ce qu’il veut ; on entend également un code Morse, qui une fois décrypté nous donne le message “FUCK OFF RB”, RB étant les initiales de Richard Branson, le type pénible de Virgin (oui, Mike insulte ouvertement sa prod dans sa musique).

Le titre énigmatique fait également parti du procédé de cassage de pieds, puisque personne ne sait à quoi il fait vraiment référence. Certains ont soulevé le possible lien avec le loup mythologique Amarok, mais Mike Oldfield dit à ce sujet que même lui ne sait pas ce que le titre veut dire. Il a soulevé la possibilité que cela soit un jeu de mot, et qu’il faut le lire en réalité “Am a rok”, retranscrit en “I’m a rock” (Je suis un caillou), ce qui montre encore une fois qu’il n’en a rien à faire et qu’il fait ce qu’il veut.

Comme l’artiste l’a lui-même dit, cet album est destiné dans un premier temps à casser les pieds à Virgin Records, tout en plaisant aux fans. Bien que l’idée soit plutôt louable, le résultat est cependant véritablement difficile d’écoute pour celui qui n’a pas l’habitude de ce genre de musique. Pour adopter un point de vue parfaitement objectif sur la qualité musicale, on pourra parler de la virtuosité de l’artiste en matière d’écriture, car la pièce est effectivement très complexe et très riche ; mais sa tendance à l’expérimental et l’avant-gardiste la rend assez dissonante par moments.

Maintenant d’un point de vue plus en contexte avec la musique de Mike Oldfield, on reconnaît effectivement le style de ses premiers albums, et on retrouve l’originalité et la créativité de l’artiste qui s’était perdue au fil du temps. En ce sens, Amarok est un peu perçue comme une bonne nouvelle par les fans, et les habitués apprécient plutôt bien son écoute, puisque la réception de l’album est globalement assez positive. Malheureusement, après cette pièce Oldfield retomba dans la boucle infernale de la production et de son avidité de chiffres et d’argent. La qualité de sa musique continua à en souffrir (oui, Nuclear est pourrie, déso pas déso)… jusque janvier dernier. Alors que tout espoir de retrouver le Mike Oldfield des années 70 semblait perdue, l’album Return to Ommadawn sorti de nulle part, avec, surprise, une pièce orchestrale longue coupée en 2 !

Pour résumer, l’écoute d’Amarok est je dirais réservé à des initiés si l’on veut apprécier la pièce dans toute sa splendeur, car elle est effectivement assez difficile d’écoute. Elle est également introuvable sur YouTube, et j’en suis navré, je ne pourrai pas vous fournir de lien pour la découvrir. Cependant, si vous êtes intéressé par Mike Oldfield, je pourrais vous conseiller de commencer soit par son premier album Tubular Bells ou son dernier Return to Ommadawn si vous ne connaissez pas, et sinon vous pouvez vous attaquer sans crainte à l’écoute de Amarok.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.