Cette chroniuqe n’est pas une chroniuqe sur les réfréences n°32

« – Je suis David Halidl. J’ai un père tel que Johnny Halidl ou bien encore une femme telle qu’Estelle. Moi, contre les graisses récalcitrantes, j’écoute toujours mon dernier album « Un Paridis/Un Leclerc ». « Un Paridis/Un Leclerc », un album pour la vie et envolés tous les soucis ! »
Aussi loin que s’en souviennent les Lilas – Épisode 6

Dans cette scène, M. le Maire (de Bitebourg), son conseiller M. Sonconseil-Municipal et Jacquelina Boubillara discutent produits ménagers, vantant tour à tour les mérites de leurs dégraissants favoris. C’est alors que David Halidl s’insère de manière impromptue dans la conversation afin d’y faire la promotion de son nouvel album d’une manière pour le moins surprenante.

Le nom David Halidl fait référence à David Hallyday, fils de la fameuse idole des jeunes disparue il y a peu. Le titre de son album Un Paridis/Un Leclerc est une référence à son album Un paradis/Un enfer, sorti peu de temps avant le début de Aussi loin que s’en souviennent les Lilas. Le choix des mots dans le nom de l’album a également son importance, puisque Paridis est un centre commercial situé à Nantes, ville où se situe la radio étudiante qui a produit la série Radio PRUN’, et qu’un supermarché Leclerc fait partie des boutiques abritées dans ce même centre commercial. On peut enfin faire un parallèle entre Leclerc et le nom Halidl qui parodie Lidl, une autre chaîne de supermarchés.

Vous pourrez retrouver le feuilleton Aussi loin que s’en souviennent les Lilas sur le site du créateur.

2 thoughts on “Cette chroniuqe n’est pas une chroniuqe sur les réfréences n°32

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.