Cette chroniuqe n’est pas une chroniuqe sur les réfréences n°29

« – Serre-moi fort Clark, c’est le dernier rayon de soleil… Dis à Annie que j’ai pensé à elle jusqu’à la fin. Dis à Tiny Tim que son Papa ne rentrera pas pour Noël. Dis à Scarlett que ce n’est pas le cadet de mes soucis… »
Thales Phantasia – Épisode 13

Erratum : la scène est en réalité une référence à une scène du film The Mask dans lequel Stanley se fait tirer dessus par un sbire de Dorian Tyrell, le méchant du film. Il fait alors des adieux déchirants avant de reprendre vie et d’échapper à ses agresseurs. Cependant, les références glissées dans la réplique d’adieu reprise dans la saga sont bien celles décrites ci-dessous. Merci à Richoult pour avoir corrigé cette erreur.


Dans cette scène, les forces du mal dirigées par Chaos attaquent la ville de Midgard. Klest, Clark, Lindt, Marche et Edward se préparent à défendre la cité mais Edward est mortellement blessé par accident par une attaque de Clark. Il prononce alors quelques mots avant de succomber à ses blessures.

Les dernières paroles d’Edward font référence à plusieurs grands classiques. Tiny Tim est un personnage issu du conte de Noël de Charles Dickens Un chant de Noël. Dans ce conte, Ebenezer Scrooge, un vieil homme avare méprisant l’esprit de Noël et la charité, voit son point de vue changé, notamment lorsqu’il aperçoit l’un de ses employés passer un Noël joyeux et chaleureux avec sa famille, dont Tiny Tim est le plus jeune fils. Scarlett fait elle référence à Scarlett O’Hara, personnage du livre Autant en emporte le vent, plus tard adapté en film et qui doit en partie sa renommée à la réplique « Franchement, ma chère, c’est le cadet de mes soucis« , classée comme meilleure réplique du cinéma américain par l’American Film Institute.

Vous pourrez retrouver la saga Thales Phantasia sur le site du créateur.

One thought on “Cette chroniuqe n’est pas une chroniuqe sur les réfréences n°29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.