Hachi Powaa

*met son lecteur de cassettes en route avec un musique bien classe* Nyahahaha bande de larves ! Ici Grushkov qui va remplacer Nay’ et Lolli au pied levé (et va tenter de le garder levé tout le long de l’article) !
Aujourd’hui, je vais vous parler d’une saga parodique très originale ! Si, c’est possible. Il s’agit des aventures de l’enfant qui a survécu, avec une cicatrice en forme de Dragon Ball sur le front…

 

Hachi Powaa A L’Ecole des Otakus

 

 

Créée par Magickirua en 2009 et terminée en 2014, cette saga de 10 épisodes pour 4 heures et 50 minutes d’écoute parodie de manière assez évidente la saga de livres Harry Potter, mais en remplaçant la magie par « la culture Japonaise ». ça a l’air tout bête dit comme ça mais ce changement fait que cette saga, malgré son côté parodique, est capable de surprendre et même plus : d’être originale.

 

Laissé sur le palier de chez son oncle et sa tante, Venom et Pécunia Bentley, suite au meutre de ses parents par Vous-savez-pas-qui (aussi connu sous le nom de Wo… Woruru… Woruderu… Celui-dont-on-n’arrive-pas-à-prononcer-le-nom). Le jeune Hachi Powaa y restera pendant 10 ans (sur le palier), jusqu’à ce qu’il y soit récupéré par Cumulus Harid, qui l’emmène à Jobard, l’école des Otakus, où il apprendra entre autres la défense contre les mangas hentai et le cosplay.
Très vite rejoint par Won, venant d’une famille d’Otakus très nombreuse, et Helmitone, une jeune fille très crédule venant d’une famille de Cascu (ceux qui n’y connaissent rien à la culture nippone), il y vivra des aventures… extraordinaires.

 

D’abord très orientée sur la parodie des livres de base, cette saga prend vite le large tout en rappelant constamment qu’elle est une parodie. Mais l’enrichissement de l’univers grâce à ses nombreuses références à des mangas, le fait que chaque épisode soit construit comme une vraie série de mangas existants (mon préféré restant la parodie de la Coupe de Feu à la sauce HunterxHunter avec en plus un duel de cartes Yu-Gi-Oh!) apportent un gros plus à cette parodie et la différencie énormément des autres. La saga évolue, invente son propre univers et l’étoffe grâce à ce mélange de références et se termine même avec un épisode en trois parties assez sombre bien que toujours très drôle.
Ouais, parce qu’en plus d’être original, c’est vachement drôle quand même. Et là encore, contrairement à pas mal d’autres parodies mp3, l’humour est assez « original » puisque non basé sur les clichés (comme par exemple l’éternel gay ultra efféminé ou la coconne de service, mais on en reparlera de ça. Oh que oui.).
Le jeu d’acteur est globalement bon, mais avec quelques faiblesses sur les débuts qui auront tendance à s’effacer au fur et à mesure de l’avancement de la saga. Dans tous les cas je ne peux que vous la recommander, surtout si vous aimez Harry Potter et la culture nippone. Quand j’écoute Hachi Powaa, j’ai le sentiment d’écouter un anime en version audio uniquement. C’est une grande réussite à n’en point douter.

Vous pouvez retrouver la saga ici : http://nocomments.blog4ever.com/ et vous y trouverez aussi sa suite, AK World Cup, basée sur le sport d’Angelic Killer présent dans la saga de base.

 

C’était Grushkov, qui a une crampe à force de garder son pied levé !

5 thoughts on “Hachi Powaa

  1. Et franchement le personnage de Dracho il est trop bien, même qu’il a les bras super longs parce que son père veut qu’il puisse les étirer comme Luffy dans One Piece. Bisous Horine.

    1. C’est honteux de ma part, surtout que son interprétation est excellente ! Impossible de lire l’intro de l’article sans l’entendre lui. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.