La saga de l’été 2019 suivie par le Weekly : L’interview de Amandine

Bonjour chers lecteurs et auditeurs

Nous nous retrouvons pour une visite au sein d’une écurie d’un participant à la saga de l’été 2018. Après Oriog nous voici, pour terminer, chez Amandine.

Vous êtes prêts pour une petite interview ? Alors c’est parti !

Weekly MP3 : Bonjour, pouvez-vous vous présenter et quelle est votre expérience dans la sagasphère (depuis combien de temps faites-vous de la saga MP3/fiction sonore/tout ce que vous voulez, etc) ?

Amandine : Bonjour ! Je m’appelle Amandine et je n’ai strictement aucune expérience dans la sagasphère sinon celle d’être une auditrice ! Je fais de la fiction sonore, littéralement, depuis le début de l’été, et encore je n’ai pas été super assidue non plus. Je viens surtout du monde des podcasts avec une émission lancée en octobre dernier

Weekly MP3 : Est-ce votre première participation au concours de la saga de l’été ?

Amandine : Affirmatif ! Direct dans le grand bain, comme ça, pour le fun

WM : Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer au concours ?

Amandine : Une très forte envie de challenge et une motivation à devoir rendre quelque chose dans les temps. Avec beaucoup d’autres projets à côté, c’était intéressant d’avoir une date limite pour mûrir un concept et aussi s’imposer un rythme de travail. Je trouvais ça intéressant pour pouvoir identifier tout de suite les choses à améliorer et celles qui me poseront moins de problèmes dans mes futurs projets.

WM : Pouvez-vous nous parler de votre création (nom, style, synopsis…) ?

Amandine : La saga mp3 s’appelle Aokigahara, du nom de la forêt aux pieds du Mont Fuji, mais je n’irai pas jusqu’à avoir la prétention de lui donner un style par contre. On ne se place pas dans l’humour, c’est certain, et elle répond directement au concept du podcast que je tiens avec un ami : elle se déroule au Japon dans l’univers des Yōkais, les créatures peuplant l’imaginaire japonais. 
On y suit deux protagonistes qui se lancent dans une chasse aux monstres dans la forêt des suicidés japonaise et spoiler, ça tourne mal. J’ai voulu garder une simplicité de scénario et de personnages pour pouvoir me plier aux autres contraintes du concours sans y perdre ma santé mentale donc : peu de voix et une intrigue courte mais efficace (enfin j’espère).

WM : Quelles ont été vos inspirations ?

Amandine : Le folklore japonais ! Clairement.
D’un, c’est un univers que je côtoie de très près donc je le connais bien et je l’apprécie : ça peut servir. De deux, il est si riche qu’il était très facile d’aller y piocher dedans pour broder autour. C’est un folklore qui se lie très bien à la vie quotidienne sans avoir besoin de taper trop fort dans la suspension de crédibilité.

WM : Le fait de devoir créer une saga MP3 en moins de trois mois vous a-t-il fait peur ? Vous le fait-il toujours ? En gros que ressentez-vous à ce stade du concours

Amandine : Oui, non, je ne sais pas trop. J’ai honnêtement essayé de ne pas trop y penser. Le bouclage paraît faisable mais j’aurai pu nettement mieux gérer mon temps, c’est certain. Une chose à améliorer pour la prochaine fois !

WM : Avez-vous/aviez-vous et éprouvez-vous/éprouviez-vous des difficultés à/lors de la réalisation de votre œuvre sonore ?

Amandine : Si difficulté il y a, c’était la nouveauté. Étant donné que je ne m’étais jamais essayée à l’expérience en terme de montage de fiction sonore, tout était à découvrir et apprendre en avançant, c’est stimulant mais… fatiguant. Encore une fois, j’ai appris beaucoup et la prochaine saga n’en sera que plus facile à gérer.

WM : Sentez-vous que vous allez finir votre création avant la date butoire du concours ?

Amandine : Ça devrait le faire. Je vais aller prier les Yōkais qu’il faut pour ça.

WM : Qu’avez-vous ressenti lors de la diffusion de votre saga/premier épisode ?

Amandine : Stress. Infini. Encore, d’ailleurs.

WM : Débuter une création audio n’est jamais facile. Que conseilleriez-vous à nos auditeurs qui voudraient eux aussi créer ?

Amandine : Se lancer ? Je suis partisane de faire des erreurs pour apprendre, mais tout le monde ne fonctionne pas pareil et si ce n’est pas votre truc : faites appel à la communauté. Il y a des tas de gens extrêmement sympas et prêts à vous aider, il ne faut surtout pas avoir honte et demander de l’aide.

WM: avant de vous laisser continuer à travailler sur votre œuvre/profiter de la fin de l’été j’aimerais vous poser deux petites questions. Tout d’abord, si vous deviez donner trois arguments pour nous encourager à écouter votre saga (et voter pour elle au concours) lesquels seraient-ce ?

Amandine : Je ne vais même pas vous en donner, écoutez tout et votez pour celle qui vous botte ! Tout le monde a bossé comme un fou, et le mérite !

WM : Si dans le plus grand des malheur vous ne parveniez pas à finir votre fiction, pensez-vous que vous la termineriez tout de même ?

Amandine : Bien sûr ! C’est une fiction familiale, faite avec mon frère, on est plus là pour s’amuser que pour gagner le concours ! 

Eh bien merci à vous Amandine. Je vous souhaite bonne chance dans la suite du concours et j’espère que vous aurez pleins d’awards. Quant à nous chers lecteurs je vous retrouve dans un prochain article sur la saga de l’été.
Vous pouvez retrouver cette saga ici : https://2019.sagadelete.fr/saga/aokigahara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.