Découverte Phonique n°34 : La ferme des animaux

La ferme des animaux est une adaptation radiophonique de France Culture de deux fois 59 minutes publiée les 3 et 10 juin 2017.

Bêtes d’Angleterre et d’Irlande,
Animaux de tous les pays,
Prêtez l’oreille à l’espérance
Un âge d’or vous est promis.

L’objectif de cet article n’est pas de faire une énième analyse d’une œuvre critiquant la dérive autoritaire et dictatoriale de l’URSS à travers la vie d’une ferme collectivisée par des animaux. En effet l’objectif et la raison d’être du WeeklyMP3 étant de parler de son, nous allons nous pencher sur ces deux heures de voix et musique enregistrée en direct.
Car il s’agit là d’une œuvre enregistrée en direct (mais pas en public), avec 1 comédienne et 2 musiciens. Ainsi au cours des deux parties vous pourrez entendre de temps en temps des bafouillements et petites hésitation, partie du charme sonore.
La musique n’est pas en reste, avec deux instruments, une contrebasse et un saxophone. La partie musicale est jouée en improvisation, et je me permet d’applaudir de mes 2 mains (et 2 pieds) le travail des deux musiciens. En effet ils ont su, à travers la musique, appuyer les émotions et sentiments que le texte dégage. Ainsi la musique et rythmée dans les moments d’actions, d’urgence, et elle sait rendre tout à la fois l’anxiété ou la joie des passages … anxieux et joyeux.
Nous avons une seule comédienne qui raconte tout le récit, sur le site est indiqué qu’il y a une autre voix, mais je n’me rappelle pas l’avoir entendue… est-ce la voix des génériques ? Chantal Bronner (c’est son nom) a réalisé une belle performance en étant tout à la fois, narratrice et tous les animaux. Elle a su donner une voix à tous les protagonistes à travers des changements de tons et d’intonations. Je l’applaudis donc de toutes mes mains.
Bon, allez, on va parler un peu du fond. La ferme des animaux raconte l’histoire des animaux de la ferme du Moulin en Angleterre, qui décident de faire la révolution et de virer le fermier Jones. Suite à ça, ils décident de collectiviser la ferme, la renomment « La Ferme des Animaux », édictent 7 règles (dont le dernier et plus connu est « Tous les animaux sont égaux »). Mais des querelles internes émergent. La suite va vous spoiler : Entre deux chefs, Boule de Neige et Napoléon, c’est Napoléon qui sort vainqueur, et de là commence une lente et inexorable fuite en avant vers la dictature des cochons, illustrée par la célèbre phrase que vous avez sûrement déjà dû lire/entendre : « Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres »).
Allez, je vous avoue, je n’ai pas lu le livre, mais j’avais vu le dessin animé réalisé en 1954 (http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109030.html) en version allemande à l’école durant les cours d’allemand.
L’oeuvre originale, écrite par Georges Orwell et parue en 1945, a encore une résonance particulière, et notamment en France où l’état d’urgence est en train d’être inscrit dans la constitution et où tou.te.s les citoyen.ne.s sont dorénavant des suspect.te.s. Sommes nous au début de la dérive autoritaire qui va conduire à une ferme du Moulin version Napoléon ? Personnellement, j’ai pas envie de dire qu’on le verra à un moment donné, car il sera trop tard.

Construisons l’autonomie.
SilverSon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.