Découverte Phonique – Blast, une dramaturgie de l’impact

https://www.franceculture.fr/emissions/l-atelier-fiction-archives/blast-une-dramaturgie-de-l-impact
22.09.2015 59min

  Blast, une dramaturgie de l’impact, réalisée par Laure Egoroff et écrite par Philippe Malone est sortie le 22 septembre 2015.

Cette fiction radiophonique est rangée dans la catégorie fiction chez France Culture, mais ça tient un peu du documentaire puisqu’il s’agit d’une mise en voix et en son d’entretiens avec des témoins d’événements violents comme le débarquement allié durant la seconde guerre mondiale, ou la chute des tours du World Trade Center. J’ai parlé d’événements violents car il n’y a pas seulement des violences guerrières et des explosions qui font boum, certains témoignages renvoient à des licenciements ou à des moments de mai 68.

Après une petite introduction entre la réalisatrice et l’animatrice du programme Blandine Masson, l’histoire commence …
D’abord une voix, ça parle de cauchemars. Puis une autre qui parle de radioactivité (belle nature sublime et douce mais contaminée), puis des extraits (réels ou reconstitués, je ne sais pas) de journaux radiophoniques de 1944 parlant du Débarquement. Enfin, à 5 minutes 24, première explosion marquant le début d’un moment très malaisant, voire angoissant qui se terminera 54 minutes plus tard.

Il faut dire que le contexte de mon écoute s’y prêtait. Bien que Blast, une dramaturgie de l’impact soit sortie le 22 septembre 2015, je l’ai pour ma part écouté fin novembre, quelques jours après les attentats à Paris.
Bref, à 7 minutes, nous avons le droit à un montage qui respire la joie de vivre mettant en scène une voix qui commente l’état d’un grand accidenté
« Troubles de [..] fracture ouverte […] marche impossible […] perte totale de l’odorat […] état anxio-dépréssif, […]épilepsie, […] trouble de la mémoire immédiate […] » et hop que je te foute un bruit d’avion en piqué. Cette séquence sera poursuivie à la minute 26. Bon courage.

Le reste est une suite de témoignages, on passe d’un à l’autre, puis on revient à l’un. Il y a les témoignages du débarquement de Normandie par des civils, des témoignages de la chute des immeubles le 11 Septembre par des gens l’ayant vu à la télé, mais aussi des témoignages sur la mort de Salvador Allende (qui était un 11 septembre également), sur la chute du mur de Berlin, sur le licenciement d’ouvriers et ouvrières, etc … Toutes ces séquences parlent de démolitions, d’effondrements, d’anéantissement. Elles se suivent, se mélangent, se répondent entre elles
Le rendu est très intéressant, les séquences ne sont jamais trop longues ni trop courtes et avec de nombreuses voix évitant la lassitude. Je crois qu’à certains moments ce sont plusieurs acteurs qui jouent le même personnage. Les passages de transitions sont fidèles au titre, ce sont des souffles d’explosions.

Bref, bien que Blast une dramaturgie de l’impact soit anxiogène et m’a un peu cassé le moral lors de la première écoute en novembre 2015, la seconde écoute pour cet article m’a subjugué. Ça reste une heure radiophonique très intense et qui sait rassembler les victimes de guerres et les victimes du monde du travail (de merde). Par contre, après écoute, filez sur la liste des sagas du Netophonix et cherchez la catégorie humour.

SilverSon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.