Big City: la révolution « Rd’A-Size »

Si je vous dis « protagoniste avec un job de merde une vie de merde dans une société consommatrice de merde » vous pensez vu et revu depuis le succès intergalactique de Fight Club (et celui plus récent de Mr. Robot, que vous allez putain de foncer voir si c’est pas déjà fait!)et pourtant c’est le postulat de base 

 risqué qu’ont choisi Grushkov et Tuhki Rivigiltov, aka the Grenadines, pour leur nouvelle saga Big City, qui raconte comment Kate Bobs, voix de pub (oui ce taf existe dans le futur, vous qui trouviez serveur chez McDo répétitif), rejoint plus ou moins accidentellement la révolution contre le maire tyrannique de Big City (on dira, comme dans la saga, la RCLMTDBC…) menée par une bande d’incapables qui comptent (tiens ça m’en rappelle certains…) renverser le gouvernement à coup de graffitis et de tracts…

bigcityLà où Big City se démarque des autres sagas du genre, comme Stegma, c’est par son traitement plutôt humoristique et décalé du thème de la révolution, d’habitude arrangé à la sauce romantique ou manichéenne (sauf dans Mr. Robot, mais qu’est-ce que vous faites encore là?)et par sa longueur inhabituelle (d’où le titre tiré par les cheveux…) mais pas déconcertante, comme vous pourrez en juger par vous même sur thegrenadines.canalblog.com. La saga est très récente et encore en cours, on attend avec impatience la suite !

J’en profite pour vous annoncer que le prochain dessin ne sera pas soumis au vote, mais sera un artwork de Big City.

One thought on “Big City: la révolution « Rd’A-Size »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.