Le vieux baladeur n°45 : Spatio-temporel

« – Vous m’avez fait demander Commandant ?
– Heu… Oui ! Asseyez-vous Capitaine Slim.
– Monsieur… Est-ce que vous vous rasiez ?!
– Quoi ?! Ne proférez pas des accusations sans fondement ! »
Spatio-temporel – Épisode 1

Dans une petite analyse que j’ai partagée il y a quelques années sur le forum Netophonix, je pointais le fait que le genre de la science-fiction est l’un des seuls genres à maintenir sa popularité depuis les débuts de la sagasphère en 2000 alors que d’autres genres tels que l’heroic-fantasy ou les parodies de jeux vidéo s’étaient progressivement essoufflés. J’avais émis l’hypothèse que la science-fiction offrait plus de libertés en terme d’époques, de lieux et de personnages, là où l’heroic fantasy se cantonnait principalement à des ambiance médiévales relativement similaires et les parodies de jeux vidéos à un nombre limité de franchises. La saga dont nous parlerons aujourd’hui est un exemple presque parfait pour illustrer la liberté créative offerte par la SF : aujourd’hui, chers lecteurs et lectrices, Spatio-temporel de Munditia.

Analyse de la saga

Spatio-temporel est une saga mp3 humoristique de science-fiction en 7 épisodes et se déroule dans notre future sans que l’année exacte ne soit mentionnée. Les épisodes sont sortis entre Février 2008 et Juillet 2009, date depuis laquelle elle est considérée comme abandonnée. Elle met en scène le Capitaine Slim, recrue fraîchement émoulue de l’Académie Militaire Terrienne, qui est chargé par son supérieur d’apporter une cargaison vers une colonie humaine. Accompagné de son robot, l’irascible T-Z43, il fera de son mieux pour que sa mission se passe sans anicroche mais TZ, trop curieux, décide d’ouvrir la caisse qu’ils transportent avant d’arriver à destination et qui révèle un bien surprenant contenu. L’équipage se trouve alors face à un dilemme : faire comme si de rien était et finir le trajet comme prévu, où enquêter sur l’origine et le véritable pouvoir de cette mystérieuse cargaison.

Plusieurs choix scénaristiques mettent Spatio-temporel dans une catégorie à part pour une saga de cette époque : pas de scène de présentation d’un équipage grotesque et forcément incompétent, pas de personnages stéréotypés (bon presque, si on oublie le mécano de l’épisode 1, mais c’est un personnage tertiaire), une trame principale qui s’apparente à une histoire de type SOCQATOA mais qui vire à l’enquête policière et à l’espionnage dès la fin de l’épisode 2… En outre, le personnage principal n’est pas celui qu’on croit. En effet, si la saga débute bien par une présentation du Capitaine Slim, il est rapidement surpassé par son compagnon de métal T-Z43 (on a même des séquences entières où Slim est absent et où l’on suit uniquement TZ). C’est ce dernier qui finira par ouvrir la boîte et déclenchant ainsi le retournement principal de l’histoire, alors que Slim comptait finir la mission sans se poser de question. C’est également lui qui décidera d’enquêter sur les véritables motivations de l’Armée Terrienne, au grand dam de Slim qui aurait préféré rester loin des problèmes. Cette inversion de l’autorité est assez unique, d’autant plus que cela fait de T-Z43, à ma connaissance, le premier personnage principal robotique dans une saga mp3.

Au-delà des trouvailles scénaristiques, l’histoire est assez captivante, particulièrement à partir de l’épisode 3, quand la saga cesse d’être un simple voyage d’un point A à un point B. On alterne entre phases de batailles relativement bien mises en scène (entendez par là sans surcharge en bruitages d’explosion ni coups de feu répétés en boucle) et des séquences d’infiltration, des visites de planètes aux écosystèmes étranges et hostiles et des évasions chaotique, et ce en restant toujours dynamique et bien rythmé. Les personnages évoluent dans le temps plutôt que de rester dans une personnalité caricaturale tout au long de l’histoire, ils sont sympathiques et attachants, même T-Z43 et son caractère de cochon.

Le jeu d’acteur manque parfois de punch, surtout pour Slim, avec par exemple ce problème récurrent dans les sagas mp3 de l’acteur qui n’ose pas crier. Mais le principal bémol est que les dialogue tombent un peu trop facilement dans la vulgarité, notamment lorsque TZ et Slim se disputent. Heureusement le problème disparaît progressivement à mesure que les deux personnages apprennent à se connaître et que leurs chamailleries se font moins fréquentes.

La seule vraie question que soulève cette saga est son titre : pourquoi Spatio-temporel puisque les voyages dans le temps ne sont jamais mentionnés ? On peut imaginer que cette question aurait trouvé sa réponse dans la suite de la saga si elle avait vu le jour. Nous devrons donc nous contenter de cette ultime interrogation qui ajoute au charme déjà criant de ce qui aurait pu devenir une grande saga mp3 de science-fiction.

Cote de rareté : Trouvable

La saga a connu un petit succès lors de sa sortie, en particulier à partir de l’épisode 4. Cependant, Munditia a depuis complètement disparu du paysage sagasphèrique et bien qu’un message datant de 2012 annonce un retour pour relancer l’épisode 8, c’est silence radio depuis 9 ans quasiment jour pour jour. Cependant, le site internet est toujours fidèle au poste et vous permettra de télécharger les épisodes ainsi qu’en apprendre plus sur l’univers de la série et voir quelques illustrations des personnages.

Vous pourrez retrouver la saga Spatio-temporel sur le site du créateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.