Le vieux baladeur n°28 : Shadwk

« – Vous avez osé me couper la parole, Cynthia !
– De quoi ?
– On ne coupe pas la parole à un conseiller, Natasha !
– Faut se calmer, y’a 30 secondes vous me faisiez la
cour en bavant par terre et maintenant…
– Stéphanie !
– Voilà, et maintenant vous me traitez de tous les noms !
– Tais-toi Élodie ! »
Les Pauses Inutiles – Travailler avec des collègues ou des clients

Une fois n’est pas coutume (encore que), chers lecteurs et lectrices, nous allons aborder un genre de saga mp3 bien particulier : la série mp3. La série mp3 est constituée d’une suite d’épisodes pouvant (ou non) se dérouler dans le même univers, mais dont les histoires sont indépendantes les unes des autres. Ainsi, les épisodes peuvent être écoutés dans le désordre sans que cela ne nuise grandement à la compréhension. Nous avions déjà abordé le genre avec Batmane et Robine, mais cette fois je vous propose de pousser l’exercice encore plus loin en évoquant 3 séries : Les Pauses Inutiles, Les Pubs Inutiles et Le Monde de Shadwk, toutes trois créées par, vous l’aurez deviné, Shadwk.

Analyse de la saga

Le Monde de Shadwk, Les Pauses Inutiles et Les Pubs Inutiles sont 3 séries mp3 sorties entre 2006 et 2010. Les 2 premières séries sont constituées de séries de sketchs portant sur des sujets aussi divers que la vie de couple au travail, les récits historiques, les histoires policières ou médicales ; avec de temps en temps des personnages récurrents revenants d’une histoire à l’autre. La dernière propose des parodies de publicités.

Pour commencer, évacuons la question principale liée aux créations de Shadwk. Des sketchs sans liens entre eux, avec un humour basé sur l’absurde et les jeux de mot, avec des séries récurrentes dans le milieu policier ou hospitalier, le tout durant plus ou moins deux minutes… Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? En effet, le style fait indubitablement écho aux Deux minutes du peuple de François Pérusse, figure tutélaire de la saga mp3. L’auteur ne s’en cache pas puisqu’il fait de ce reproche le sujet d’un de ses sketchs. Cependant, la comparaison s’arrête là, car si les styles sont clairement identiques, jamais il n’en reprend les gags, ce que beaucoup d’autres sagas ne se sont pas gênés de faire. On ne peut donc pas parler de plagiat, plutôt de libre inspiration, et avec quel résultat.

Car si beaucoup ont essayé de faire du Pérusse, peu ont réussi. Avec les créations de Shadwk, jamais un élève ne s’est tant rapproché du maître. Amateurs de calembours, d’expressions prises au premier degré et de dialogues absurdes, vous serez servi. L’auteur joue brillamment avec les mots et fait surgir l’humour de n’importe quelle situation et nous prend par surprise avec des références obscures qui nous font éclater de rire après les quelques secondes nécessaires pour remettre les pièces du puzzle dans l’ordre. En outre, ô joie, il évite l’écueil de l’humour bancal à base de « Ok je sors », qui est beaucoup trop présent dans ce style d’humour et qui, jusqu’à preuve du contraire, n’a jamais rendu drôle un texte mal écrit. L’autre tour de force est d’avoir appliqué cet humour a des situations aussi variées que les histoires policières, le monde du travail, les voyages en mer, la présidence de la République française ou le jour de l’an.

L’humour est indéniablement mis en valeur par une mise en scène efficace, qui sert plus à souligner les effets comiques qu’à créer une atmosphère immersives. Empruntant encore une fois à Pérusse, le rythme est très rapide, ne laisse aucun blanc, ce qui peut parfois rendre la compréhension un peu complexe surtout quand le niveau de non-sens commence à s’affoler. Cependant, cela reste suffisamment rare pour ne pas devenir gênant.

Évidemment, il n’y a pas que des chef-d’œuvre et on sent une progression en qualité, notamment si on compare Le Monde de Shadwk qui précède Les Pauses Inutiles. Mais même les premières créations de Shawk sont plaisantes à écouter et si elles ont eu au moins un mérite, c’est d’avoir motivé le créateur pour continuer et arriver au niveau d’excellence de ses créations finales.

Cote de rareté : Courant

Shadwk est loin d’être un inconnu et ses créations ont connu leur heure de gloire jusqu’au début des années 2010, puis le site a disparu à une date indéterminée. L’auteur a néanmoins eu la gentillesse de le réactiver à l’occasion de cette chronique, ce qui permettra à tous de redécouvrir ces 3 créations.

Vous pourrez retrouver les créations de Shawk via ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.