Le vieux baladeur n°25 : À la recherche du Saint-Truc

« – Passe-moi la clé de 12 !
– Ce serait avec un immense plaisir, mais je pense
qu’il est fort probable que vous ayez oublié
que je n’ai pas de bras. »
À la recherche du Saint-Truc – Épisode 12 ¾

La fin du monde est pour bientôt. Que ce soit la crise politique ou l’état de la Terre, tous les signes le montrent, chers lecteurs et lectrices. Je vous écris d’ailleurs depuis ma cabane de jardin, récemment réaménagé en abri anti-atomique-résistant-aux-tornades-insubmersibles-et-avec-3-ans-de-nourriture. Mais pour être réellement préparé à l’apocalypse, il faudrait déjà savoir à quoi le monde ressemblera une fois que l’humanité se sera autodétruite (à moins qu’elle ne laisse ce privilège à des envahisseurs venus d’une autre dimension). Examinons une des possibilités développée dans une saga mp3, une des rares s’attaquant au genre post-apocalyptique, une chose étonnante vu la popularité du genre actuellement. Aujourd’hui, nous parlerons de À la recherche du Saint-Truc, par Gzoom et Crazy Barman.

Analyse de la saga

À la recherche du Saint-Truc est une saga mp3 humoristique en 19 épisodes publié jusqu’en janvier 2011. Une nouvelle version de la saga a été annoncée en 2015 et un nouvel épisode a été publié dans la foulée, mais sans nouvelle depuis, son statut est donc incertain. La saga est un récit post-apocalyptique propre aux auteurs se déroulant sur Terre. En 2111, l’humanité ne constitue plus que quelques groupes d’humains éparpillés sur la Terre, survivant tant bien que mal 100 ans après la « Grande Catastrophe ». Et dans ce qui reste de la France, Tristan, jeune homme têtu et grincheux, tente de retrouver la trace de son grand-père. Accompagné de l’insouciante Mathilde et du mystérieux et peu loquace Natard, ils devront faire face à de nombreux dangers, alors que la société humaine tente peu à peu de se reconstruire et que les nouveaux détenteurs du pouvoir ne voient pas forcément ce voyage d’un très bon œil.

À la recherche du Saint-Truc, comme beaucoup d’autres sagas dans cette chronique, a le charme des sagas « indépendantes » (c’est-à-dire réalisées par des créateurs n’ayant peu ou pas intervenu dans d’autres projets impliquant d’autres créateurs ou créatrices), à savoir un univers unique et très personnel. Cette caractéristique s’incarne particulièrement dans les personnages, non pas principaux mais les secondaires. En effet, le paradoxe de cette saga est que les personnages secondaires sont plus intéressants que les héros. Citons par exemple le trio de mafieux qui pourchasse les héros, que la relation tyrannique entre le chef et ses deux sous-fifres rend particulièrement drôle. Autre exemple : le vieux Greg, parodie d’une certaine série médicale de la fin des années 2000, qui est absolument délicieux en vieillard acariâtre, qui fait une fixation sur son âge tout en réservant son lot de révélations. Et pour couronner le tout, Natard, le colosse qui accompagne les héros, avec son style oratoire si particulier qui en fait l’un des personnages les plus originaux mais également attachant de la sagasphère. En comparaison, les héros sont assez creux. On se demande ainsi pourquoi Tristan se décide tout à coup de partir, alors que cela fait vraisemblablement plusieurs années que son aïeul a disparu. Quant à Mathilde, il semble qu’elle accompagne le groupe simplement parce qu’elle n’avait rien d’autre à faire.

Bannière de À la recherche du Saint-Truc

Le style road-movie est également une marque très appréciable de la saga. Les personnages ne voyagent pas d’objectif en objectif, le voyage est l’objectif lui-même. La saga a su trouver un bon équilibre, avec d’une part les périodes de trajets, caractérisées par un sentiment d’urgence, avec au bout un objectif dont on sait assez peu de choses et qui donne un sentiment de fuite en avant. Les auteurs mettent également ces moments à profit pour approfondir les personnages entre deux péripéties, le tout parsemé d’une bonne dose d’humour et de désagréments de voyage. D’autre part, les divers obstacles et autres évènements imprévus qui obligent le groupe à s’arrêter sont d’une grande diversité, évitent les clichés et piochent dans des références qu’on se plaît à reconnaître sans que cela ne tombe dans le pur plagiat. La mise en scène n’est pas en reste, les auteurs créent des groupes, les brisent, les reforment et remélangent le tout; bref c’est dynamique et l’histoire n’en est que plus passionnante.

Donc qu’à-t-il bien pu se passer pour qu’après 19 épisodes, la machine se bloque avant la sortie du 20ème, le dernier épisode qui devait tout révéler ? On ne le saura peut-être jamais. Mais tout n’est pas perdu, puisque les auteurs ont sorti une nouvelle version de l’épisode 1 en mars 2015, avec une histoire légèrement différente et un nouveau personnage. Pas de nouvelle depuis, mais restez aux aguets, la sagasphère nous a déjà fait des surprises bien plus grandes en matière de grand retour.

Cote de rareté : Trouvable

Le site a cessé de fonctionner en 2014 et les auteurs n’ont jamais fait beaucoup parler d’eux. Cependant, Matsama, créateur entre autre des excellentes Soul Religion et GAMBAS a eu l’excellente idée d’héberger la saga sur son site.

Vous pourrez retrouver les épisodes de À la recherche du Saint-Truc sur le site de Matsama.

One thought on “Le vieux baladeur n°25 : À la recherche du Saint-Truc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.