La quinte juste n°5 : Operation: Mindcrime

Bonjour / bonsoir et bienvenue à toutes et à tous pour ce nouveau numéro de La Quinte Juste. Un des thèmes les plus abordés dans les albums concept est la satyre de la société, la plupart du temps enrobé dans un récit ; nous avons déjà abordé de tels albums avec Drones de MUSE. Eh bien ce soir je vous propose à nouveau de partir dans cette direction en vous racontant l’histoire de Operation: Mindcrime par Queensrÿche, sorti en 1988.

 

Enfermé dans un hôpital psychiatrique, Nikki, le protagoniste, commence à se souvenir de son passé et à nous le raconter. Il était un heroin addict qui en avait assez de la société dans laquelle il vivait, à cause des inégalités économiques, de la corruption, et de l’hypocrisie ambiante. Il fut entraîné alors dans une organisation secrète, travaillant supposément pour déclencher une révolution. Le leader de cette organisation était le mystérieux démagogue Dr X, qui, pendant le début du récit, va manipuler Nikki en utilisant son addiction et des techniques de lavage de cerveau, afin de le transformer en assassin ; quand Dr X prononçait le mot « mindcrime », Nikki entrait dans une transe et devenait son pantin. Au travers du Père spirituel William, un personnage corrompu et probablement associé au Dr X, Nikki pu rencontrer une ancienne prostituée reconvertie sœur, Mary, à laquelle il s’attacha beaucoup. Voyant cela comme une menace à son culte de personnalité, le Docteur ordonna à Nikki de tuer Sœur Mary et Père William.

Échouant sa mission partiellement après avoir retrouvé ses esprits, Nikki quitta l’organisation avec Mary afin de s’enfuir ensemble. Cependant, Dr X voyait les choses autrement, et s’arrangea pour faire assassiner la bonne sœur. Succombant à la folie, Nikki se fit arrêté par la police après avoir couru les rues en criant son nom, tout en portant une arme. Il fut supposé coupable des récents évènements, puis envoyé dans un hôpital psychiatrique, ce qui se boucle avec le début de l’album.

 

Musicalement, l’album Operation: Mindcrime est assez original dans ses sonorités. Sans pour autant tomber dans le metal, il va plutôt explorer le hard rock de fond en comble, en y ajoutant quelques éléments alternatifs et progressifs. De plus, cet album accorde une importance particulière à son récit, contrairement à ceux dont on a pu parler dans cette rubrique auparavant. Pour commencer, l’histoire est très détaillée dans ses paroles, les évènements sont très biens décrits, et surtout, les personnages disposent d’acteurs différents, ce qui facilite grandement la compréhension. On remarquera la présence de vrais dialogues entre les pièces de l’album, ce qui démontre encore une fois l’importance consacré au récit.

Pour conclure, j’aimerai parler très rapidement d’un autre album, Operation: Mindcrime II, qui comme son nom l’indique est la suite, jouée par le même groupe. Cet album raconte la sortie d’hôpital de Nikki et conclus l’histoire. Personnellement, je le trouve bien moins réussi que le premier, mais si vous êtes curieux je vous invite à y tendre une oreille.

 

Pour découvrir, ou redécouvrir Operation: Mindcrime, vous pouvez cliquer par ici :
https://www.youtube.com/watch?v=0e31vVl9kwk&list=PLflrhEBouxHMMX3jIYGkPi-NdSpr3gNKk

Ainsi s’achève notre 5ème opus de La Quinte Juste, mes amis ! La prochaine fois sera spectaculaire… l’entendez-vous ? C’est le sifflement de la tempête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.