Cette chroniuqe n’est pas une chroniuqe sur les réfréences n°37

« – Oh ben ça suffit avec ça ! C’est pas parce qu’on porte des pantalons en cuir et qu’on vit dans un ranch qu’on est forcément des tarlouzes !
– De quoi tu parles ? »
Résident Sénile – The Remake – Épisode 3

Dans cette scène, les créateurs brisent allègrement le quatrième mur en dialoguant avec Eugène, Henri et Germaine, alors que ceux-ci cherchent les clés d’une voiture qui pourrait leur permettre de fuir la ville de Racoon City envahit de zombies. La discussion s’envenime et un double sens mal placé fait s’emporter Criboux, co-auteur de la saga, au grand étonnement de Durendal, l’autre co-auteur.

La référence au ranch et aux pantalons en cuir est issue d’une des innombrables scènes cultes de La Classe américaine, le film parodique de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette. Dans cette scène, Dave interroge Hugues sur ses relations avec George Abitbol, mais ce dernier se permet de digresser un peu dans son récit jusqu’à la réplique suivante :

« – À l’époque, j’étais moi-même cowboy, je vivais avec Jacques, un bon copain. Il y avait rien de sexuel entre nous. Je dis ça parce que je me suis souvent fait traiter de pédale, de salope. Et c’est facile de traiter les gens de pédés, tout ça parce que deux garçons vivent ensemble dans un ranch et portent des pantalons en cuir. »

Vous pourrez retrouver la saga Résident Sénile – The Remake sur le site des créateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.